LE CHANT, UNE MERVEILLEUSE PUISSANCE

« Je veux chanter pour le Seigneur. Il a remporté une grande victoire ! Il a jeté à la mer chevaux et cavaliers ! Ma force et mon chant, c’est le Seigneur. Il m’a sauvé ! Il est mon Dieu, je veux chanter pour lui ! Il est le Dieu de mon père, je veux chanter sa grandeur ! » Exode 15 : 1, 2

C’est ainsi que débute le cantique que Moïse et les enfants d’Israël ont entonné après la victoire à la Mer des Roseaux. Alors qu’ils étaient bloqués comme dans un étau, avec derrière eux l’armée de Pharaon et ses chars inspirant la terreur, et devant, la Mer ; l’Éternel leur a fait vivre une victoire éclatante en ouvrant les eaux et en leur frayant un passage, puis en les refermant sur leurs ennemis, anéantissant ainsi toute menace.
En réponse à ce triomphe divin, Moïse entraîna le peuple dans ce chant magnifique de reconnaissance. Certains le considèrent comme le plus sublime cantique de tous les temps. La ferveur des Israélites a résonné dans le désert, et l’écho de leurs accents mélodieux a retenti dans les oreilles des peuples alentour. Ils louaient Dieu pour sa grandeur, sa force et son amour. Leur foi grandissait et leurs craintes se dissipaient, parce qu’ils avaient été témoins de la manifestation divine dans leur vie.

Cette victoire dans le désert et le cantique de Moïse ont servi de référence des siècles après pour les prophètes et pour les psalmistes, témoignant que Dieu donne la force et la délivrance à tous ceux qui se confient en lui.
Notre vie aujourd’hui peut ressembler à celle du peuple d’Israël : derrière nous, les forces du mal nous pressent et nous menacent pour nous ravir notre foi, notre joie et notre espérance ; devant nous, l’incertitude du lendemain qui peut déposer sur le rivage de nos vies maladies, pandémies, guerres et bruits de guerre, lois iniques et épreuves en tous genres. Toutefois, le cantique de Moïse est encore valable, alors que nous vivons les derniers jours de ce monde. Il égayera nos cœurs alors que nous avançons vers la Terre Promise.

« Dieu conseille à ses enfants aujourd’hui de mettre du bonheur dans leur vie de pèlerin. Il y a peu de moyens aussi efficaces pour fixer dans la mémoire les paroles de Dieu que de les répéter dans un cantique. Le chant a une merveilleuse puissance : il peut adoucir une nature violente ou manquant de culture, aviver la pensée, éveiller la sympathie, amener l’harmonie dans l’action et chasser la mélancolie ou les appréhensions qui enlèvent le courage et diminuent les forces. C’est aussi l’un des moyens les plus efficaces pour graver dans les cœurs les vérités spirituelles… La tentation perd alors son attrait, la vie semble reprendre un nouveau sens, une
nouvelle orientation, et le courage et la joie ainsi obtenus se communiquent à d’autres âmes. » (E.G. White, Éducation, p. 168)

Je t’invite donc à chanter les louanges du Seigneur, à tout moment, afin de garder en toi cette assurance qu’il nous donne la victoire, en attendant de chanter avec le chœur glorieux des élus, sur la mer de verre, le cantique de Moïse et de l’Agneau (Apocalypse 15: 2, 3).

 

Auteur : Joël LIPAN – Ministère de la Musique, FEAM