Contactez-Nous : +596 596 625 193

Jacques Colomba a commencé à enseigner le 12 septembre 1973. Il était alors âgé de 24 ans.

colomba.jpg

SAINTE-LUCE
«Je pars avec le sentiment du devoir accompli»
Le 12 juin dernier, a sonné le dernier conseil de classe de Jacques Colomba, Professeur de mathématiques à la cité scolaire de Rama, sur le territoire de Sainte-Luce. Carnets de notes et instruments de mesure rangés définitivement au placard, l'homme féru de chiffres et de formules a fait valoir, avec ses 43 années de services, à une retraite bien méritée. Le 2 juillet prochain, au François, un vibrant hommage sera rendu à celui qui a écrit une grande partie de l'histoire de Rama.
Après 43 années de bons et loyaux services, Jacques Colomba tire, à 66 ans, un trait sur une longue et enrichissante carrière passée à servir dans l'enseignement. « Avec le sentiment du devoir accompli », tient-il à préciser.
Plusieurs générations d'élèves scolarisés à la cité scolaire adventiste Rama le lui rendent bien lorsqu’après leurs études, certains viennent le remercier des conseils prodigués durant des années. Heureux de la réussite de ses protégés, l'ancien prof de maths aime souvent à reprendre de mémoire une citation de Nelson Mandela qu'il affectionne particulièrement : « un homme en chemin vers un objectif qui le passionne et qu'il croit juste est insensible à la fatigue et invulnérable à l'échec. » Réussir avec l'aide de Dieu est une obligation pour celui qui, depuis tout jeune aime les chiffres.
« J'ai eu la chance en terminale d'avoir de bons professeurs qui m'ont marqué et donné l'envie d'enseigner à mon tour », témoigne Jacques Colomba. Édouard Glissant et Roland Suvelor, pour ne citer que ces deux-là, ont été ses maîtres. Après l'école normale, le jeune homme est déclaré bon pour le service par Bernard Alaric, inspecteur pédagogique régional de l'époque. Tout juste âgé de 24 ans, Jacques Colomba effectue sa première rentrée le 12 septembre 1973. Celle-ci sera suivie d'une longue série. 44 précisément ! Rama sera le seul et unique établissement ou il connaît les joies d'enseigner. « Je suis arrivé avec les meubles », plaisante le sexagénaire qui a vu grandir le bébé. L'établissement a été transformé depuis quelques années en cité scolaire de plus de 700 élèves.
Presque un sacerdoce
« J'appartiens à cette lignée d'enseignants qui demandaient aux élèves beaucoup d'investissements pour réussir. Aujourd'hui, nous nous devons de redonner le goût de l'effort et le goût d'apprendre aux élèves. Il faut se battre et être continuellement derrière chaque élève », raconte le professeur de mathématiques qui a eu le temps de préparer sa retraite. « J'y pense depuis 2 ou 3 ans » assure-t-il. Ce départ à la retraite a d'ailleurs été reporté à plusieurs reprises. D'une part, la motivation et la volonté de servir étant toujours aussi fortes chez le sexagénaire et d'autre part, la cité scolaire peinait à se séparer de son valeureux enseignant. Mais, quand on laisse Rama, on y revient toujours, se consolerait presque Jacques Colomba, toujours prêt à servir. « Rama est toute ma vie », confie-t-il. « Ma plus grande fierté reste les taux de réussite de mes élèves auxquels je reste attaché. Je quitte dans quelques jours l'établissement qui m'a ouvert ses portes et que j'ai vu grandir non sans m'interroger sur le devenir des générations futures. De nombreux défis restent encore à relever pour mes collègues. L'amour du métier est indispensable pour dispenser un savoir ainsi qu'énormément de patience à l'égard des élèves et de l'écoute, qualité essentielle pour établir un échange durable. Les premières minutes en salle de classe sont un précieux baromètre sur l'amour que vous porte vos élèves », conclut Jacques Colomba qui, pour ses longues vacances délaissera un peu le langage formel pour retourner très certainement cultiver son jardin et se remettre au piano plus assidûment.
D.P.  Article du journal France Antilles martinique du 23 juin 2017photo_colomba.jpg

Entouré d'une partie de ses collègues, le professeur de mathématiques présidait son dernier conseil de classe.